Il n'y a pas que les festivals de bande dessinée que je gratifie de ma présence, il y a aussi les festivals de musique, de rock en particulier. Alors quand il y en a un près de chez moi, qui plus est gratuit, et où se produit l'un des groupes français que j'apprécie le plus, mon sang ne fait qu'un tour et je m'y précipite.

Le festival Musiques en Stock de cette année m'aurait vu jeudi soir trépigner aux envolées lyriques du groupe Eiffel si je ne m'étais résigné à une autre activité moins égoïste (je me comprends). J'ai cependant rattrapé une lacune en allant assister à la soirée de vendredi pendant laquelle se produisait le groupe The Hyènes que j'avais manqué il y a deux ou trois ans au même festival. Mon intérêt pour ce groupe a priori obscur s'explique par le fait qu'il est en moitié composé par des membres de Noir Désir, à savoir Denis Barthe (batteur) et Jean-Paul Roy (bassiste).

LIVRETquadri_1

Et le résultat est assez surprenant. On a là un genre punk rock enragé plutôt efficace sur scène, d'autant que le ressentiment à l'égard de notre vénéré gourou présidentiel à talonnettes s'exprime dès les essais de son et se retrouve de manière plus ou moins directe dans les paroles d'au moins trois chansons (sur l'album le point Godwin est atteint dès la première). L'ensemble reste cependant bon enfant malgré la colère "thématique" (ça reste du punk !) et le plaisir de la performance se transmet très bien des musiciens au public.

La surprise vient aussi de la part de Denis Barthe qui passe parfois au micro comme par exemple pour la reprise de La fille du Père Noël de Dutronc, avec une voix que personnellement je n'aurais pas imaginée ainsi. 

Les membres du groupe sont donc Vincent Bosler alias Grosh Hyène (chant et guitare), Jean-Paul Roy alias César Hyène (guitare, pour changer), Olivier Mathios alias Rachid Hyène (basse) et Denis Barthe alias Emi le Hyène (batterie et chant).

Il serait injuste de ma part de ne pas parler du groupe La Bonne La Brute Et Le Truand qui contribua grandement à l'ambiance en ouvrant la soirée dans le plus pur style punk avec bière, gros mots et torse nu sec et musclé, et qui apporta sa petite touche en faisant les choeurs pour les Hyènes.

Bon, le public n'était pas trop punk, mais l'idée était là : no future (pour l'UMP).