0002450949_10

 The Pirouettes - L'importance des autres

Le plus inculte des chroniqueurs musicaux aura cité Elli & Jacno après avoir écouté le dernier EP des Pirouettes, même si quelqu'un a du le lui souffler à l'oreille. A cause des synthétiseurs qui rappellent tellement les années 80, à cause de la combinaison de la voix masculine juvénile et de la voix féminine aigüe, et à cause de la thématique "petit couple" qui revient régulièrement dans les textes. Il aura aussi pu pousser un peu la recherche et découvrir que si Leo Bear Creek et Vickie Chérie, du haut de leurs vingt ans chacun, sont bien trop jeunes pour avoir eu l'occasion d'entendre "Rectangle" dans une publicité pour Nesquik, il existe une plus subtile parenté qui passe par la présence du groupe Coming Soon, dont Leo est le batteur et plus jeune membre, sur la compilation "Jacno future" qui fut éditée deux ans après la mort du musicien.

Passé cet étalage de confiture, on peut aussi constater que la production est beaucoup plus "propre" (question d'époque sans doute), que la voix de Vickie est plus - j'ai envie de dire - supportable que souvent celle d'Elli Medeiros, et que question textes, si cette forme de naïveté jamais mièvre est conservée, le langage et les situations décrites se sont adaptés à aujourd'hui. Ils introduisent même dans certaines chansons un phrasé hip hop qui me semble faire office de trait d'union entre les deux époques. Vous avez compris lesquelles.

Bref, j'ai bien envie de plébisciter ce second EP qui rend hommage aux années 80 - ou est-ce le thème du projet musical en lui-même ? A la musique surtout, selon l'influence sus-décrite et par une référence ostensible aux Rita Mitsouko et une plus discrète au groupe Bijou (plus fin années 70 d'ailleurs). Mais aussi à un certain cinéma via la chanson qui reprend le titre et l'histoire de Robocop ; en ce qui me concerne ça aurait aussi bien pu être SOS Fantômes, Gremlins ou Terminator. Tout cela ne se contente pas de titiller ma nostalgie de trentenaire, j'y trouve aussi de quoi alimenter ma quête d'une musique différente (même si pas totalement nouvelle) et avoue même avoir été touché par l'introspection effectuée dans le morceau "Chanter sous les cocotiers".

Je ne peux donc que recommander de prêter une oreille à ce projet nourri au passé mais plein d'avenir.