Le groupe Dionysos fête ses 15 ans. Pour l'occasion, ils nous proposent un double galette musicale pleine à ras bord de joyeusetés : inédits, versions alternatives de chansons déjà éditées, versions live, venant de toutes les époques de leur carrière.

Du coup, le résultat est forcément hétérogène. Les feux d'artifices musicaux de l'époque pré-Haïku côtoient les morceaux plus léchés de l'époque Giant Jack, et même quelques compositions postérieures à La Mécanique du Coeur.

Je ne prends donc pas cet objet comme un nouvel album, mais comme une collection de raretés qu'il me plaira de ré-ordonner à ma guise au fur et à mesure que j'en apprécierai les subtilités. Car si cette compilation laissera froids les détracteurs de l'art dionysiaque, ceux dont je suis qui se laissent porter par leur étrange poésie et leurs expérimentations musicales y trouveront probablement moult perles comme la reprise de Thank you Satan de Léo Ferré (que l'on pouvait déjà entendre dans une version similaire sur la plupart de leurs disques enregistrés en public), la déclinaison gospel de Surfin' frog avec les membres du groupe Uncommonmenfrommars (dont je vous ai gratifié dans mon billet précédent) ou encore la version live improvisée de Coccinelle (qui contient un petit bout de Old child en "incrustation").

Et comme dirait l'autre, ce sont ceux qui en parlent le moins qui en mangent le plus. Bon appétit !